âme en peine

Voici une illustration de couverture qui change pas mal de mes égéries féminines (tiens, on m’en parlé encore de ça d’ailleurs, j’ai bien envie de revenir sur le sujet). Le projet m’a plu, ses thèmes surtout m’ont touché et d’après l’auteur j’ai touché juste. Voilà qui est très rassurant, n’est ce pas ?

 

buste-commande-couv-AMORETTI

 

Ces derniers temps, j’ai déserté Facebook. Ca va faire un mois. La première semaine a été difficile puis on recommence à respirer, c’est un peu comme la cigarette, on a tout de même envie de tirer une taffe de temps en temps. Je reviendrai sur cette plateforme mais en avec un but précis : j’ai perdu trop de temps à scroller éternellement pour ne pas lire grand chose au final (vos vies m’intéressent, soyez-en bien sûrs mais je préfère en entendre parler directement). C’était devenu un réflexe : toutes les 5 minutes, je vérifiai que je ne ratais rien. A chaque passage, je me déconcentrais complètement et de ce fait, je n’étais jamais réellement à ma tache. Et puis, c’était anxiogène de voir le malheur des uns, les bonheur des autres, de voir des consoeurs et confrères galérer et d’autres réussir. Surtout ce flot d’informations fausses, ce spam permanent d’inepties religieuses, politiques, commerciales, etc.  Je dois avouer aussi que ça me donnait envie de me plaindre pour rien, me disant que je lançais à chaque publication une bouteille à la mer. Mais me plaindre de quoi au juste (ou encore attirer l’attention sur des sujets qui me touchent : le féminisme, la protection des abeilles entre autres. Pour au final se prendre des trolls et des rageux sur le coin de la gueule alors qu’on est persuadé de n’avoir que des intentions louables) ? N’ai-je pas une vie de veinard ?? Certes, mon patron préfère me payer au niveau du rsa et planquer ses trésors dans des paradis fiscaux (j’ai tout de même très peur de me faire saquer pour en parler…) mais le reste va plutôt bien : santé correcte, je suis logé confortablement, famille sympa, amis adorables, calvitie encore lointaine, je ne suis plus jeune mais je ne suis pas encore vieux, des enfants en bonne santé qui réussissent à l’école et une compagne en diamant.

 

Après un mois, je me demande comment j’ai pu supporter ce média depuis 8 ans, 9 ans, plus ? Maintenant, je m’occupe plus de moi-même et surtout de mes enfants et de ma compagne, pourquoi les négliger au profit de Facebook ?

Après conciliabule tous les quatre ensemble, on s’est même décidé de s’adonner au même loisir : chacun y trouvera son compte et on le fera ensemble (on va se faire des festivals : vikings, Moyen-Age, musique médiévale, death et black metal, ça va être top). Plutôt cool hein ! Reste à régler l’éternelle question financière parce qu’on arrive au bout des éconocroches. Je vais chercher un agent, première étape. Si vous en connaissez un/e, je suis preneur !

 

Voilà qu’un autre problème se développe en cherchant du boulot en plus de la bande dessinée : la visibilité. Je gagnerai mieux ma vie mais je vais mettre plus de temps pour faire mes bouquins. Or si je traine trop, je vais être oublié car vu le rythme de consommation de notre société et les vitesses de sortie des maisons d’éditions il faudrait sortir un bouquin tout les 6 mois pour rester dans la course. Mon directeur de collection (mon responsable chez mon éditeur si vous préférez) est un mec génial et il me rassure de ce côté là. Et puis, raconter des histoires c’est mon dada. Une commande se paye entre 200 et 1000 euros, elle prend entre 1 et 5 jours, 6 au plus. Alléchant n’est-ce pas ! En face, il y a une planche de BD (projet signé numéro 1) qui prend entre 4 et 6 jours pour 133 euros (projet signé numéro 2) OU une illustration qui prend entre 1 et 6 jours pour 80 euros. Il faut ajouter un poids conséquent dans la balance : les deux projets sont top !!!!! (notez le nombre de points d’exclamation). Après gamberge et drame financier en cours, j’ai décidé de laisser la place aux commandes sans qu’elles prennent le dessus et d’avancer les deux projets de livres sans me mettre de pression. On va essayer ce rythme et examiner les résultats dans un mois. Tant pis pour la visibilité, de toute façon j’ai déjà arrêté Facebook.

Pour clôturer ce sujet fort peu intéressant, j’ajoute que faire son bonheur ne dépend que de soi-même. Merde au reste. Faut arrêter de se plier en 4 pour ceux qui ne le mérite pas aussi. Comment ça c’est encore un autre sujet ??? (notez le nombre de points d’interrogation) (Y’en a moins

 

Ce soir, j’ai pensé à voix haute. C’est mon blog, ce n’est plus Facebook. En plus qui va encore voir les blogs ? (à part Messalyn)

 

Prochaine pensée à lire ici : bientôt ! (on peut rêver)

42 Responses to “âme en peine”

  1. L.

    Que de projets !
    Ravi de savoir que tu es dans une dynamique créative ascendante !
    Je devrais faire comme toi, lâcher Facebook, je le sais. Je me retrouve complètement dans ce que tu écris à son sujet…
    Raaah, il me faut un patch. 😉

    Répondre
  2. Pom

    Je me lève timidement : moi je vais encore voir les blogs ^^’
    J’espère que tu trouveras rapidement un agent, tu le mérites !
    Et cette nouvelle illustration est un régal ❤ Au passage, on descend dans le sud cet été, on essaiera de venir vous voir 🙂
    Bisous

    Répondre
  3. Bilto

    L’excès en tout est un défaut. Récemment je me suis moi aussi pris à ne pas pouvoir décrocher de facebook. Jusqu’au 23 avril à 21h00…

    Répondre
  4. Kolya

    Je lis encore des blogs, les personnes appréciant votre travail et talent seront toujours là, à partager vos ressentis.
    Bravo pour les nouveaux projets, et aussi pour le sevrage de facebook.
    A bientôt au détour d’un festival.

    Répondre
    • François Amoretti

      Merci de votre fidélité!! Ça fait chaud au cœur!!!!!!!
      Au plaisir de se revoir en festival!

      Répondre
  5. Mimi la Souris

    Moi ! Moi ! Dès que tu postes, je vais voir ton blog. Et puis je suis aussi les blogs de voyageur, de lecteurs et plein plein de blogs ! Bref, merci pour ce billet parce qu’il exprime ce que je ressens : je passe trop de temps sur FB, ça me détache de ma vie de tous les jours et j’en oublie mes priorités, c’est anxiogène et je deviens anxieuse, et trop accro, j’ai envie de faire un break mais je ne sais pas comment m’y prendre, trop de choses passent par FB (Delight, les rencontres lolis, etc.). Et puis le désir de changer de vie, de se recentrer. Bref, tu m’inspires et j’espère un jour être aussi courageuse que toi. En attendant, continue à nous éblouir de ton talent, cher François, et bisous à ta compagne en diamant. <3

    Répondre
    • François Amoretti

      Oui on risque de passer à côté d’infos, d’event, mais on passe moins à côté de notre propre vie. Je ne supporte plus d’avoir rendez-vous avec quelqu’un qui passe la demie heure ensemble à contrôler ses commentaires. Je n’en peux plus. Il y a quelques temps, un type postulait pour rentrer à l’atelier. On avait dix minutes chacun pour commenter le boulot du postulant ne nous écoutait pas, il etait sur son téléphone… j’ai craqué: ben mec, tu es loin d’y arriver, ça va pas être possible de rejoindre l’équipe. Le mieux serait de retourner chez vieux pour une meilleure éducation. Il a fait la gueule, na pas le job mais au moins on a bien ri. C’est vraiment dommage car il n’était pas mauvais en fait mais il fallait lui donner cette leçon. Pour en revenir à la conversation, je pense qu’on peut rester au courant sans Facebook. Je traque ceux qui m’intéressent sur d’autres plateformes et ça marche.
      Courage à vous!!!

      Répondre
  6. Vintz

    Nous on va encore sur les blogs (enfin surtout le tien pour ma part 😀 )
    Je pense que connaissant un peu ta nature hypersensible et un poil inquiète, c’est surement mieux que tu laisses Facebook de coté…

    Répondre
  7. Lya H

    Mais, moi aussi je regarde les blogs, de temps à autres !

    Tiens donc, le bonheur se construit donc par soi même ? Si t’as pigé ça, t’as tout compris. Bonne chance pour le faire grandir et prospérer <3

    J'espère que tes projets iront bon train. Si tu tiens l'évolution à jour via le blog, je regarderai après ce sujet également !

    Sur ce, bons festoches, et plein de succès dans tes entreprises <3
    Amicalement,
    Lya

    Répondre
    • François Amoretti

      Je vais faire en sorte d’alimenter ce blog plus régulièrement. Pas sûr encore… c’est finalement mon premier billet conséquent depuis longtemps…

      J’espère que tout va bien de ton côté !!!
      Amitié,

      F.

      Répondre
  8. Lholy-chan

    Je fais aussi partie de ceux qui lisent encore les blogs. 😉 Bien plus que Facebook d’ailleurs, sur lequel je ne vais quasiment plus, alors que je suis les mises à jour des blogs qui m’intéressent via Feedly. Effectivement FB peut être très consommateur de temps, pour un apport véritable finalement assez pauvre… C’est super l’idée de faire plein de festivals ! Ça me dirait bien aussi. 🙂 Mais pour l’instant j’essaie déjà de seulement réussir à suivre le quotidien avec un deuxième petit bout qui vient de naître… Les sorties ce sera pour dans quelques mois ! 😉 Je vous souhaite plein de bonnes choses pour le boulot, je suivrai ça avec attention (il faut en parler sur le blog du coup !). Et plein de bons moments en famille.

    Répondre
  9. Lise

    Les réseaux sociaux sont effectivement aussi addictifs et toxiques que la cigarette. Je suis heureuse de savoir que le fait de t’en éloigner à ravivé ta créativité.
    Et puis la vraie vie, c’est quand même vachement mieux ! 😉

    Répondre
    • François Amoretti

      Oh oui !! La vraie vie quoi !!!!
      Je ne sais pas si l’éloignement des réseaux ravive ma créativité pour l’instant. J’ai l’impression d’être toujours en détox ! ahah!!

      Répondre
  10. Marianne

    L’intérêt de facebook : faire la promo de son blog 🙂

    Je suis rassurée de voir que tu as des projets sous le coude, donc de la thune qui va rentrer. Je t’embrasse bien fort.

    Répondre
    • François Amoretti

      Les projets ne manquent pas! La thune par contre… non y’en a pas. Pas du tout. 1000€ brut par mois si je fais 66h par semaine.
      Je vais passer un entretien pour être caissier à mi-temps.

      Répondre
  11. Eric

    C’est bien les blogs, et accessoirement cela permet de garder une trace et un réel support « à soit » qui ne dépend pas d’une plateforme qui s’amuse à montrer ce qu’elle veut ou contre rémunération douteuse… u__u
    Mais sinon, fonce François ! comme d’hab !

    Répondre
  12. Marion

    Salut François…. c’est intéressant ton cheminement. J’y trouve une résonance avec mon propre cas parce que j’ai remarqué que quand je délaissais ma page Facebook personnelle qqs temps je travaillais beaucoup mieux, plus efficacement. On a aussi plus de temps pour d’autres activités.
    En ce moment je ne lis presque plus par exemple… alors que je suis une très grosse lectrice habituellement, je perds mon temps sur des articles qui sont à 30% intéressant sur le net, les infos, etc… C’est chronophage…
    J’ai déménagé cette année et je n’ai pas fait réinstaller internet chez moi pour le moment, je l’ai juste à l’atelier et déjà ça me change pas mal la vie : j’ai du réapprendre à faire autre chose le soir. Ça a été très bénéfique 🙂 super étrange au départ… mais en fait j’adore. Je lis et j’apprends un instrument. Avec internet à portée de clic je ne l’aurais certainement pas fait.
    Bref… merci pour ton témoignage qui rejoint ce yeux je pense. Je vais garder instagram et mon Facebook pro, sur lequel je vais rarement…. et je vais desinstaller facebook de mon téléphone. C’est un grand pas déjà… Et quand j’aurais des petites rechutes je penserai à ton message 😉 Je t’embrasse !

    Répondre
    • François Amoretti

      C’est incroyable comme internet peut être une telle plaie parfois. Et Facebook n’en parlons pas !!
      Il m’est arrivé d’utiliser tellement la toile pour ma documentation que parfois je ne savais plus dessiner sans. Depuis que je m’empêche de m’y ruer à la moindre question, je respire mieux et travaille mieux !
      Bref, être connecté c’est pas si formidable que ça !!
      Merci de ton commentaire !! Ça m’a fait plaisir d’avoir de tes nouvelles !!

      Répondre
      • Marion

        Bon courage à toi aussi, dessine bien ! Et à bientôt 😉
        J’ai désinstallé tout ça et déjà… Je respire mieux ! Comme quoi ce n’était pas si difficile 🙂
        Des bises.

        Répondre
  13. Mary M.

    Je suis tout à fait d’accord, décrocher de Facebook fait un bien fou. Et pas que Facebook, les réseaux sociaux en général (Twitter, Instagram et tout le reste).
    J’adore votre travail et vous avez bien raison de ne pas vous laisser submerger par toute cette négativité et autres faux-semblants.

    Répondre
  14. Jerome L

    Bah moi je ne suis pas les blogs, et, ironie du sort, c’est via Facebook que j’ai vu ce billet.
    Très belle illustration, un peu éloignée du trait et du travail que je te connais.
    Bonne pêche pour un agent dans ce panier de crabes de l’édition.
    Encore bravo et bon courage. Au plaisir de se recroiser, sur un fest de nostalgique passionné ou un concert de poutre.
    La bise, l’ami.

    Répondre
    • François Amoretti

      Merci Jérôme !!
      Un festival de poutre ce serait bien ça ! Pour les festival de BD, je ne vais plus trop y aller pour me concentrer sur les livres à finir mais je ressortirai dès que le premier sortira !!

      Répondre
  15. messalyn

    Et il n’y a que messalyn qui ne commente jamais, parce que ça fait bizarre d’écrire ce que je peux dire dans un futur proche. Dis donc, c’est payant de se coiffer et de s’habiller comme en 2008, non ? Ça a porté ses fruits jusque sur ton blog !

    Étonnant de voir comme de plus en plus de gens font de leur rejet de la Beste un vrai pas franchi. Encore une fois, j’avais parié sur les mauvais chevaux, car plutôt qu’un ras-la-casquette, je me suis attendu des années à un remplaçant, tout en priant secrètement pour un hacking de grande ampleur. En y repensant c’est assez dans la continuité de mes autres observations sur ceux qui s’appliquent à fond dans tel ou tel hobby et puis du jour au lendemain abandonnent leur soit-disante passion dont ils avaient pourtant perfectionné la panoplie. Alors que de mon côté, je n’arrive jamais vraiment à atteindre mes idéaux, mais je ne retourne pas ma veste.

    En tout cas c’est sain et j’espère que de plus en plus de gens vont suivre cet exemple, non pas pour revenir à une époque antérieure mais parce que j’aimerais bien avoir accès à des outils pratiques et indépendants, avec du choix et utilisés par plus de monde qu’une poignée de péons. Je vais aussi regarder l’ami Feedly !

    Il n’y a pas longtemps j’ai lu un article (probablement déjà ancien) d’une blogueuse qui se remémorrait comment c’était les blogs au début, avant qu’il n’y ait même la possibilité de commenter. Parfois ça me manque de ne pas être dans des cercles de discussion, mais bon, c’est très ponctuel.

    Répondre
    • François Amoretti

      J’ai dérivé vers fb par facilité, au moment où je commençais à travailler régulièrement pour des éditeurs : je ne trouvais plus le temps de m’occuper substantiellement du blog. FB comme twitter, ça va plus vite. Mais ça prend du temps de ce rendre compte que ce n’est pas un substitut car il n’y a plus de contenu, seulement des commentaires, des avis.
      Je pense vraiment que fb peut provoquer une addiction comme le coca cola et que c’est aussi pernicieux d’ailleurs : le goût est sucré et ça bousille l’estomac.

      Répondre
  16. Weinissa

    Hello !

    C’est bien de vouloir se détacher de facebook ! Mais je pense qu’aujourd’hui, c’est nécessaire pour la communication de son travail, et surtout celles des artistes. Si tu n’avais pas posté le lien sur facebook, je ne serais pas venu lire ton article, car moi je guette tout sur facebook 😉 Et avec les milliers de page que je suis, c’est hyper pratique. Je vais plus rarement sur les blogs. Je pense qu’il faut juste apprendre à utiliser facebook sans effet négatif. Par exemple, si on a pas le temps, il faut fermer complètement facebook dès qu’on a fini de mettre à jour sa page, pour ne pas être tenté de lire un truc qui passe 🙂
    Bref, voilà c’était juste pour dire que c’est bien de s’éloigner de facebook, mais pas totalement. Il faut trouver le juste milieu =)

    Bonne continuation !
    Weinissa

    Répondre
    • François Amoretti

      Oui c’est sûr ! D’où l’intérêt de n’avoir qu’une page « pro » et non un profil personnel. Je pense tout de même que les réseaux sont de la poudre aux yeux pour la majorité des cas : ce n’est pas parce qu’on a 100 000 followers qu’on est compétant.
      Moi, je préfère suivre ton super travail sur instagram !

      Répondre
  17. Enyo

    Félicitation pour, d’une part, ces nouveaux projets, et de l’autre celui de s’extraire de la toile gluante des réseaux sociaux.
    Ce désir me hante MAIS pour une anonyme comme moi qui vient tout juste de refaire ses pages, je crois hélas que la présence sur lesdits réseaux est nécessaire. Ce qui me conduit à me demander si s’en délivrer n’est pas un luxe (pour les personnes déjà célèbres, ou qui peuvent, en effet, engager un agent), ce qui n’est nullement teinté d’envie, mais un simple et triste constat du nouvel « opium du peuple » que sont les réseaux sociaux…

    Fun fact : quand j’ai vu l’illustration je me suis dit « ohlala, François Amoretti dessine un personnage féminin qui a la même morphologie que moi \o/ incroyable ! avant de lire « qui change pas mal de mes égéries féminines »… oups ^ ^ (à moins que ce soit « qui change pas mal de mes égéries féminines habituelles », plus girondes, gynoïdes, mais que ce soit quand même une femme, seulement plus androgyne, à la Lisbeth Salander)

    Répondre
    • François Amoretti

      Je ne me considère pas comme célèbre, si je l’étais je ne serais pas dans la mouise depuis des années. Je pense aussi que les réseaux donnent une image déformée de la valeur d’un artiste : si je fais des fanarts, je vais attirer les followers du fandom lié à ce fanart. Or ce type de publication obtient des scores de « j’aime » et de reblogs colossaux mais en quoi un fanart est intéressant ? Il n’apporte rien. Que restera-t-il de ce fanart dans quelques années, voire quelques jours ? Même chose pour cette vague des petits dessins mignons (portraits ou personnages seuls) affublés d’une phrase pseudo-philosophique ou vaguement engagée. Je trouve ça creux. A force de bouffer ce genre d’images (ce ne sont pas des illustrations, faisons bien la différence), on a la nausée. De plus, je n’arrive pas à les distinguer les uns des autres. Je les trouve adapté à notre société de consommation finalement : vite mangés, vite digérés. J’ai un avis assez abrupt sur le sujet en effet mais je pense qu’il faut savoir faire un tri pour pouvoir naviguer dans cet univers visuel.

      En ce qui concerne l’illustration et le « mes égéries féminines ». Je comptais en faire un billet complet d’ailleurs car récemment quelqu’un m’a dit être persuadé que je ne faisais que des pin-ups girondes. J’ai été très étonné pensant que cette personne me connaissait. Effectivement, j’ai gagné en réputation à la sortie de Burlesque Girrrl dont l’héroïne, Violette, est plus que gironde et c’est cette image de mon style qui reste.
      Je m’inspire de la féminité, j’aime dessiner des personnages féminins mais j’insiste : j’aime dessiner des personnages féminins peu importe leurs formes. La féminité me passionne, quelque qu’elle soit : gynoïde ou androgyne. Je suis connu pour faire des gros seins mais avant ça je dessinais des jeunes filles frêles et minsoulettes, après il y a eu une pin-up (une !!!) et après ça une jeune fille plus que banale (cette dernière avait pour amie d’ailleurs une fille androgyne). Bref, cette illustration représente un homme car l’auteur du livre est un homme et son histoire est auto-biographique.
      Je finis sur : j’adore Lisbeth Salander !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Merci de votre commentaire, vous n’êtes pas anonyme et je suis heureux de vous lire !!!

      Répondre

Leave a Reply

  • (will not be published)

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>