Changement ? Evolution ? Jeux de rôles ?

Chaque fois que je traverse une épreuve, quelle soit personnelle ou professionnelle, j’ai un besoin terrible de changement. C’est certainement pour exorciser la dure période en question. Cette année, je change. J’ai changé de coupe de cheveux, de barbe (de moustache surtout), même de fringues. Quand je ne me reconnais plus, je me recherche à nouveau. Il y a de grandes chances aussi que je ne sois pas bien dans mon corps et qu’au moment où je m’en lasse, je me trouve un nouveau style pour me tolérer encore un peu. Et que ces « douloureux » événements ne soient qu’une excuse. Parce que je ne suis pas malheureux !! Loin de là !! J’ai de super amis, une famille adorable, des enfants formidables et une épouse merveilleuse. Je voudrais bien gagner quelques sous de plus certes, vivre à la campagne certes, ne faire que des jeux de rôles certes. Mais ça, ça viendra : j’imagine trop une maison de retraite pour rôlistes. Faut pas avoir Alzheimer sinon on ne se souvient pas de la partie précédente ou en cours… On pourrait expédier des campagnes complètes en une semaine !!!! Les matinées seraient utilisées à préparer les scénarios, dessiner les persos, les après midis on jouerait. Wouaaa le rêve !! Faut-il encore avoir droit à une retraite…

 

amoretti-blackmetal

En ce moment, j’embrasse ma passion pour le Black Metal à bras le corps.

Je disais… envie de changer, n’est-ce pas. Ca me bouffe de piétiner. Je finis par me haïr, haïr ce corps que je n’ai pas choisi.

 

J’ai le même problème avec mes livres : à chaque nouveau projet, je ne veux pas me répéter et je ne peux pas utiliser la même technique. Même si les 3 premiers livres avaient des univers proches, les techniques étaient différentes. Avez vous remarqué ?

  • Gothic Lolita : acrylique. Illustrations.
  • Alice au pays des merveilles : encre et aquarelle. Illustrations.
  • Le Petit Chaperon Rouge : encre et plume. Illustrations et bande dessinée en vignettes.
  • Burlesque Girrrl : encre et plume. Bande dessinée.
  • Doggybags : feutre. Bande dessinée.
  • Les Destructeurs : encre et plume. Bande dessinée en vignettes.

La routine m’est insupportable, surtout dans le travail. Même si je tourne toujours autour du même thème, j’ai besoin de renouveler l’univers et l’esthétique (et la technique employée). Evidemment, ce n’est pas la meilleure méthode pour conserver un lectorat. Au moins, à mon humble avis, si l’auteur ne s’ennuie pas, le lecteur ne s’ennuie pas non plus. Qu’en pensez-vous ? Et surtout (roulement de tambour) appréciez-vous ces changements de style et d’univers dans mon travail ? Si vous m’avez connu via Burlesque Girrrl, peut être que vous auriez aimé que je continue à raconter des histoires de pin-ups ? De même, mes lectrices de ma période lolita doivent être déçues de mon évolution et j’imagine qu’un grand nombre d’entre-elles ne me lisent plus maintenant.

Je suis très curieux d’avoir votre avis à ce propos.

Bref, pour moi, changer est salvateur.

Tous les univers que j’aborde font partie de moi et je n’ai pas l’impression de tant changer que ça finalement. J’ai parlé de Rockabilly pendant Burlesque Girrrl mais ce n’est pas parce que je ne dessine plus cet univers là que je n’en écoute plus. Donc chaque phase n’est qu’une facette de moi-même. Il est vrai aussi que je n’aime plus trop mes facettes précédentes. Elles refont surface de temps en temps.

Vous avez vu ? Je me sers de vous pour mon auto-analyse. Non non, ne m’en voulez pas trop, je m’en rends compte à l’instant. C’était vraiment naïf au tout début de l’article ! Jusqu’à ce paragraphe en fait ! 😉

 

 

Et vous ? Comment fonctionnez-vous, vous ?

 

 

Et puisque il est de bon ton d’aborder les années 80 ces derniers temps, voici une petite illustration que j’ai faite quand j’étais malade cette semaine. D’ailleurs, avez-vous regardé la saison 2 de Stranger Things ? Quel est votre personnage préféré ?

 

amoretti-blackmetal

 

amoretti-blackmetal

 

(Quelques explications quant à l’illustration ci-dessus : entièrement réalisée à l’acrylique. Camden Hills est le lycée régional de Camden dans l’état du Maine aux Etats Unis. J’ai passé un grand nombre d’année dans le Maine quand j’étais ado et j’aime énormément cet endroit. Je n’y ai que de bons souvenirs… mes frères, Kevin et Matthew, vivent maintenant à New York mais je compte bien retourner bientôt dans le Maine. Le personnage de l’illustration est encore une version de Warvara, les cheveux blancs cette fois-ci. Et c’est encore un personnage de jeu de rôles, le jeu se passe à Camden, dans le Maine donc, et dans les années 70-80. Je me régale dans cet univers !!) GO Windjammers !!!!! 😀

 

 

18 Responses to “Changement ? Evolution ? Jeux de rôles ?”

  1. Oni

    Hello François!
    Pour répondre à tes questions: j’ai connu ton travail avec « Alice aux pays des merveilles », pour lequel j’ai eu une super dédicace le jour de mon anniv’! J’ai enchaîné avec « Gothic lolita », dans le même univers. Par la suite il y a eu « Burlesque Grrrl », autre univers, certes dans lequel je ne me reconnais pas, mais qui ne m’a pas empêché d’apprécier ton travail (une B.D qui véhicule un beau message d’ailleurs). Je me suis procuré « le petit chaperon rouge » par la suite, je l’ai bien aimé aussi et je trouve qu’il peut faire une belle transition entre les 2 premiers (l’enfance) et « burlesque grrrl » (l’âge adulte). J’ai moins aimé Doggybags, peut-être car ce n’est pas mon univers et qu’il aborde un côté un peu moins gai…malgré tout, le changement n’est pas une mauvaise chose, au contraire il serait dommage de s’enfermer dans une seule bulle…J’ai les « Les destructeurs » (que j’ai lu vite fait une fois, et relu plus en détail une deuxième fois, et que je relirais sûrement comme tous les autres). Tout comme « Burlesque Grrrl », ce n’est pas mon univers mais le message est beau, tout comme l’oeuvre en elle-même. A présent, je ne suis pas « au jour le jour » tes dessins: je les trouve toujours aussi beaux, peu importe la technique, mais je ne connais pas l’histoire de chacun donc j’ai un peu de mal X’D. Il n’empêche que j’attendrai avec impatiente la sortie de ta prochaine oeuvre! Pour terminer, ces changements ne font pas de mal car ils apportent un renouveau, et tant que ça ne tombe pas dans l’absurde (ce qui a sûrement peu de chances d’arriver), je continuerai à lire tes prochains trésors avec grand plaisir! Courage!

    Répondre
    • François Amoretti

      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire et surtout de répondre!!
      Doggybags est encore à part car le scénario est écrit par Run. Même si j’ai aimé collaborer avec lui, ce n’est pas vraiment mon univers mais le sien. Je comprends qu’il ne rentre pas dans mon style général.
      Je suis heureux que tu aies remarqué la transition via la fin du Petit Chaperon Rouge. C’était en effet juste avant Burlesque Girrrl.
      J’espère de tout coeur que mon prochain livre te plaira !!! Et merci mille fois pour ta fidélité !!! Ca fait très très chaud au coeur !!!

      Répondre
  2. Kaeru

    On a lecteurs qu’on mérite !

    Je fais dans la provoc, c’est volontaire. Je pense que les personnes qui découvrent ton travail à un temps donné, sont touchées par ce que tu proposes à ce moment là. Toi, tu es peut-être passé à autre chose, on peut aujourd’hui te découvrir avec des choses que tu considères comme « des vieilleries » et qui vont « parler » à un lecteur. Par contre, de suivre ton évolution demande une souplesse. En cela, il y a le lecteur « épisodique » d’un seul livre, qui disparait, puis le lecteur récurrent, qui revient même quand ton chemin s’éloigne du sien. Ce lecteur-là, c’est celui que tu mérites.

    Quand on opte pour un produit ou un œuvre consommable, facile, distrayante, on attire un type de lectorat. Moi la première, je lis des trucs parfois faciles et funs, sans trop de profondeur. Cependant, il y a souvent plusieurs niveaux. Et le lecteur qui « sent » que l’œuvre a un âme, celui-ci, s’il est curieux, il revient.
    Quand on opte directement pour une œuvre faite avec ses tripes, des bouts d’âme pas toujours joli, on touche des personnes avec une sensibilité qui résonne. Pas besoin de TOUT partagé, d’avoir des gouts en commun, pour discerner cette proximité humaine.

    La première fois que je t’ai rencontré, c’était à Japan Expo et Gothic Lolita n’était pas encore sorti. J’étais fatiguée, une fin de convention. Je n’ai rien acheté, ou peut-être une carte, je en sais plus. J’ai mis ton style et mon impression de côté dans un tiroir d’archive. Parce que je rencontre beaucoup de monde, que je suis un petit « vampire » et que j’ai besoin de l’énergie créative et de originalité des autres pour me nourrir et évoluer.

    Et puis, il y a eu Alice. Le livre et surtout toi, l’humain 🙂
    Voilà bien longtemps que je ne discerne plus l’artiste et l’œuvre, persuadé que ce suis qu’il est impossible de ne pas laisser transparaitre ce que l’on est quand on crée, que l’on fabrique. Même si c’est codé, fragmenté, et surtout en constante évolution. Même les pierres changent.

    Un artiste figé est un artiste déjà mort.
    Amitié

    Répondre
    • François Amoretti

      Coucou Marianne ! Je suis ravi de te lire ici ! Ca fait longtemps qu’on ne s’est pas vu… tu me manquais !
      Tu vois juste, on a les lecteurs qu’on mérite. Moi aussi, avec la fatigue je lis ou regarde ou écoute des choses faciles et dont le plaisir est immédiat et simple. Mais je ne retiens au long terme que ce qui aura fait preuve de profondeur ou qui m’aura touché d’une façon ou d’une autre.
      Je me souviens de notre rencontre. On n’a commencé à vraiment parler qu’après la convention lolita il me semble. Je suis tellement content de te connaitre !

      Répondre
  3. Elisa G.

    Coucou!

    C’est cool que tu t’intéresse au Black Metal mais faut bien trier (NSBM, groupes facho et co).

    Plus sérieusement, ton texte me touche bcp car je suis moi-même dans cette période. Je suis étudiantes en Art mais je suis frustrée de toujours faire la même chose ou que mes potes me disent « Ah ça c’est du Elisa! » J’ai envie se tout recommencer de tout réexpérimenter et de pas rester bloquer dans un style, une technique qui m’oppresse.

    Vouloir changer notre perception de l’Art, nos technique, notre style ou notre philosophie de vie c’est tjs positif je trouve. Quitte à changer sois-même pour rendre ton Art plus vrai, plus « toi » je trouve ça vraiment bien aussi. Les gens qui n’évoluent jms ou qui ne se remettent jms en question, c’est bizarre. Pour moi il faut tjs voir, apprendre, visiter, lire etc (perso je suis comme ça et si je ne le fais pas j’ai l’impression de devenir stupide).

    Pour moi le dessin, la peinture (…), c’est en évolution constante et pendant toute ta vie. Je conçois vrmt l’Art de cette manière, jusqu’à ta mort tu vas apprendre, recommencer, changer, jusqu’à trouver qqch qui te convient (ou pas peut-être?)

    Enfin, on est pas obligé d’être logique, constant, linéaire etc dans l’Art. Les fans peuvent très bien comprendre et ceux qui n’aiment pas, ben ils ont rien compris tout simplement 😀

    En tout cas j’adooooore ce que tu fais tu gères à fond les techniques et j’ai remarqué les changements du coup j’ai encore plus aimé 😀

    Voilà, voilà prends le temps de te recentrer, de te retrouver et tout ira bien :pouce en l’air »

    Bisous

    Elisa G.

    Répondre
    • François Amoretti

      Merci beaucoup Elisa, pour ton commentaire ultra positif !! Il fait du bien à lire !!! Si tu es dans cette logique (de se remettre en question, de ne pas se contenter de ce qu’on a déjà), je suis persuadé que tu évolueras vite et bien ! C’est une réflection très mature je trouve. Je suis prof d’illustration à Intuit Lab à Aix et je vois rarement cette qualité chez mes élèves.
      Pour le Black Metal, oui il y a quelques groupes pas net du tout mais je ne suis pas naïf (enfin je l’espère) et je vérifie ce que j’écoute. 😉

      Répondre
  4. Romy

    Coucou Francois 🙂
    J’apprecie beaucoup ta façon de t’ouvrir dans ce texte (premiere fois sur ton blog je l’avoue)
    J’ai envie de te dire qu’il y a une chose que tu ne devrait pas changer c’est cette amour du changement!
    Peu importe l’univers ou l’outil de l’artiste on reconnait toujours une style personelle.. Et, franchement, on est tous humain, tous des qualitées, faiblesses, des gouts et opinions, et on se trouve tous dans cette évolution éternelle. Personellement j’adore pouvoir capter ces choses là dans le travail d’un artist. Son évolution, ces défis et la capacité (et la volonté!) d’exprimer l’authenticité.
    De l’ART, c’est ça pour moi.
    Bises Romy

    Répondre
    • François Amoretti

      Coucou Romy !! Merci infiniment de ton commentaire !! Je suis bien d’accord avec toi !!
      Et je suis ravi d’avoir de tes nouvelles. Comment vas tu ? Comment se passe ta nouvelle vie ?

      Répondre
      • Romy

        Je vais bien merci! Que des aventures..!
        Nous étions parti en charente-maritime pour le boulot ce qui n’était pas un succès. Maintenant nous sommes entrain de finir la rénovation de notre maison charentaise pour pouvoir revenir en printemps en Provence pour reprendre la ferme de ma belle famille et s’y mettre à l’agriculture sauvage. (et à côté j’espère me mettre en freelance, j’ai besoin de créer!:D)
        Beaucoup des défis donc, beaucoup de recherche à ma place dans ce monde aussi.. Pour l’instant c’est juste difficile parce que nous sommes pas chez nous ici.
        Mais tout vas bien, super partenaire, bonne santé et notre chienne attend des petits! 😛

        Toi, comment tu vas?! (je crois que oui malgré des défis également, vue ton témoignage au dessus 😉 )
        Toujours sur aix? Me semble il y a tellement longtemps cette école, toujours un peu le même monde? Je viendrais vous voire!

        Répondre
  5. Hana B.

    C’est le propre des gens curieux, je pense, d’avoir du mal à s’attacher à un seul univers, ou à une seule technique, quand il s’agit d’art ou d’artisanat. Même si ça peut désorienter le lecteur, ça peut aussi faire en sorte que certains univers trouvent un écho chez des personnes qui ne s’y intéressaient au premier abord, ouvrir des perspectives, et finalement la richesse, le foisonnement de ton travail finissent par enrichir les sphères que tu touches.
    Le principal, c’est que tu t’épanouisses dans ce que tu fasses, parce que si tu t’éclates dans la création, ou en tout cas que tu y mettes une grosse partie de toi et de sincérité, ça finit forcément par toucher ton lecteur/spectateur. Si tu t’obligeais à rester toujours dans la routine, ça t’attirerait aussi un public de paresseux, qui n’aurait pas forcément envie d’aller plus loin que le bout de son nez… et les gens qui viendraient chercher autre chose, un peu plus qu’une complaisance dans l’ambiance, finiraient, comme toi, par se lasser. Et puis, c’est impossible de deviner les attentes des autres, autant rechercher la sincérité et la justesse vis-à-vis de soi-même, c’est déjà beaucoup !

    J’espère que ce spleen finira par passer, en tout cas. C’est vrai que tu as énormément changé depuis qu’on se connaît, et à vrai dire je trouve ça plus sain qu’autre chose. Ce qui n’a pas changé, en revanche, c’est mon émerveillement devant ton travail ! Et pour un artiste, n’est-ce pas le principal ?

    Prends soin de toi !

    Répondre
    • François Amoretti

      Nous nous sommes rencontrés à la tea party de la galerie Issue, tu te souviens ? Tu étais passée en coup de vent, tu me disais que tu étais timide par rapport à la communauté lolita. Ca va faire 10 ans que nous nous connaissons !! Que le temps passe vite ! (c’est très banal à dire je sais… mais à chaque tour dans le cyclotron, la vitesse est exponentielle). 🙂
      Oui, je m’épanouis dans mon travail, tu as bien raison c’est le plus important. Je pense que cette motivation peut être visible par ceux qui comprennent la créativité. Et quel que soit le sujet, l’oeuvre peut toucher son spectateur/lecteur.
      Je suis ravi de savoir que mon travail te plait toujours et ça me flatte énormément.
      Je trouve aussi que le changement est sain. En tout cas, le changement me permet de rester sain d’esprit encore un peu. Ahah !!
      Prends soin de toi aussi ! J’espère que nous reverrons bientôt !

      Répondre
  6. Isabelle

    Coucou moi je trouve que c est très bien de changer, d évoluer, de se renouveler. Surtout pour la créativité à mon avis c est primordial! Moi je te suis depuis le début j ai adoré Alice et j aime autant les destructeurs j ai honte je n ai pas encore vu cette série. Il faut vraiment que je regarde car ça a l air carrément bien !
    En conclusion Je dis vive la créativité et il faut aller là où ton coeur te dit

    Répondre
    • François Amoretti

      C’est une très chouette série ! Son succès est lié à ses références cinématographiques des années 80, je pense, mais les intrigues sont bien, les acteurs aussi. Je te la recommande vivement !
      Oui !!! Vive la créativité !!!

      Répondre
  7. Isabelle

    Oups la ponctuation n apparait pas correctement : pour la série je voulais parler de Stranger thing ! Et je le redis ce fut une grande joie de te rencontrer à Vidauban ! De mettre un visage derrière cette belle créativité!

    Répondre

Leave a Reply

  • (will not be published)

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>